Press "Enter" to skip to content

Bien débuter avec l’investissement locatif

Face à l’augmentation saisissante de la demande en matière de logement locatif, tout particulièrement dans les grandes agglomérations, le concept d’investissement locatif séduit de plus en plus d’investisseur privé. En effet, il peut garantir une source de revenu régulière non négligeable, permet de constituer un patrimoine, et par la même occasion de profiter de certains avantages fiscaux.

Toutefois, il faut préciser qu’un investissement immobilier locatif ne pourra représenter un placement rentable et pérenne, qu’à condition de connaître parfaitement les rouages de ce secteur d’activité avant de s’engager. Focus sur les bases de l’investissement locatif.

Qu’est-ce qu’un investissement locatif, et comprendre les enjeux.

Un investissement locatif consiste à acquérir un bien immobilier et de le mettre par la suite en location. Le financement d’un tel projet peut provenir de deux sources. Soit d’un apport personnel, soit d’un emprunt effectué auprès d’une banque ou d’une toute autre institution financière.

En matière d’investissement locatif, vous devez savoir qu’un emprunt demeure un financement particulièrement avantageux notamment au niveau fiscal. En effet, un achat à crédit d’un bien immobilier locatif permet au futur propriétaire de bénéficier d’un certain nombre de dispositifs dont une réduction d’impôts assez conséquente. Cette dernière se base sur le statut fiscal choisi. Selon que le propriétaire-bailleur ait opté pour un investissement locatif non meublé ou un investissement locatif meublé.

Concernant une location vide, les intérêts de l’emprunt seront déduits des revenus fonciers, autrement dit du loyer. Votre revenu locatif se voit ainsi être réduit, ce qui mène à une réduction logique de vos impôts.

Dans le cadre d’une location meublée non professionnel (LMNP) deux possibilités s’offrent aux propriétaires-bailleurs : le régime réel et le régime forfaitaire.
– Dans un premier temps, le régime réel suit le même principe de fonctionnement que celui d’une location non meublée.
– Pour ce qui en est du régime forfaitaire, le loueur ne peut prétendre à aucune réduction d’ impôts. En revanche, il bénéficie d’un abattement fiscal sur la moitié du revenu locatif. Par ailleurs, pour les loueurs professionnels, toutes les charges et les amortissements notamment les intérêts d’emprunt seront déduits des recettes locatives.

Quelles sont les précautions avant de se lancer ?

Un investissement locatif peut devenir un investissement rentable si vous élaborez une stratégie et jouez la carte de la prudence dès le début.

Tout d’abord, vous devez commencer par réaliser un calcul de rentabilité. La rentabilité d’un investissement locatif doit être à hauteur de 7% du montant du financement.

Définissez également en amont le type de bien que vous souhaitez acquérir. Car il faut savoir que les diverses charges liées à une location de maison ou une location d’appartement ne sont pas les mêmes. En ce qui concerne un logement dans un immeuble, les charges de copropriété peuvent par exemple faire augmenter votre budget initial.

Un point primordial à vérifier est la localisation de votre bien. Dans ce sens, choisissez un bien situé dans une ville dynamique, avec de grand potentiel économique, à proximité des commerces ou des écoles, ou encore avec une demande en matière de logement locatif bien réelle.

Tous ces critères représentent une valeur ajoutée dans le cas d’une revente.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mission News Theme by Compete Themes.